Calames

MMSH-PH-4363 Un ingénieur de l’industrie pharmaceutique Rhône-Poulenc, muté depuis 3 ans à Beyrouth (Liban), parle de ses relations avec la communauté libanaise en 1975

Date : 1975-01
Description physique : 1 bde. Durée : 1 h 12 min.
Description : L’informateur est né en 1938 à Paris, où il s'est marié en 1967. Son épouse, née en 1941, est parisienne et le couple a deux enfants de 5 et 3 ans. Ils sont installés au Liban depuis la fin du mois de juin 1972, lorsqu’il a été muté dans une entreprise libanaise partenaire de sa société qui l'emploie en France, Rhône-Poulenc. Il est ingénieur en chimie, titulaire d'une licence ès sciences et d'un master obtenu aux États-Unis. Il travaille à Beyrouth comme responsable de la fabrication dans un laboratoire pharmaceutique, mais il occupe aussi des fonctions commerciales et il se déplace régulièrement au Moyen-Orient, en particulier en Arabie saoudite, pour représenter son entreprise. La famille vit en banlieue de Beyrouth, à une trentaine de kilomètres du centre ville. L’ingénieur est satisfait de sa mutation. Il fréquente des Libanais sur son lieu de travail ou dans ses réseaux amicaux, les deux se confondant. Spontanément, il ne s'attarde pas sur les différences entre nationalités ou entre confessions (malgré l'insistance de l'enquêteur sur ces sujets), car elles n’empêchent pas selon lui, l’amitié. De même, il se montre sceptique quant à l'influence de la confession sur les relations sociales ou encore sur les différences de propreté entre les quartiers chrétiens et musulmans. Les seules plaintes que formule l’ingénieur concernent les délais de travail au Liban, plus lents qu'en France. Quant à ses loisirs, le couple sort au cinéma, dans les restaurants, parfois avec des amis, surtout en compagnie de Français liés de près ou de loin à son entreprise. Il s'attarde peu sur les Français vivant au Liban, et ce d’autant que la francophonie ne leur est pas selon lui réservée. Interrogé à plusieurs reprises sur l'influence culturelle et technique de la France au Liban, l’ingénieur estime ne pas pouvoir la jauger car lui-même ne se conçoit pas comme supérieur à ses collègues libanais en vertu de sa nationalité : s'il occupe un poste de formateur technique important, c'est parce qu'il transmet les avancées de recherche effectuées dans la maison-mère de Rhônes-Poulenc en France. La discrimination au sujet des confessions et des nationalités, lui semble davantage le fait des Libanais que des expatriés car dans son monde professionnel, ce qui est étranger est gage de qualité pour la clientèle libanaise. De plus, l'usage des langues étrangères sert les distinctions et hiérarchies sociales entre Libanais, lesquelles « rejaillissent » sur les différences confessionnelles. Selon lui, le mandat français a probablement joué un rôle dans l'accentuation de ces distinctions, même si les différences confessionnelles préexistaient au Liban. Interrogé sur « l'arabité » du Liban, l'informateur explique combien le pays ne correspond guère aux préjugés français sur les pays arabes, hérités de la colonisation française en Algérie. Il sépare arabité et islamité, en raison de la situation multiconfessionnelle du Liban, ainsi qu'en insistant sur la diversité entre les pays arabes. D'un point de vue personnel, l'ingénieur ne se sent pas menacé par les actions violentes touchant les camps de réfugiés palestiniens du Sud Liban ou de Beyrouth. S'il n'envisage pas de partir avant la fin de sa mutation, dans deux ou trois ans, il n'est pas opposé à d'autres séjours à l'étranger, si cela sert l'avancée de sa carrière. L'enregistrement est en mauvais état. Il y a d'énormes saturations basses doublées par moment de fréquences suraiguës avec des coupures inaudibles de 14 à 27 minutes ; de 28 à 29 minutes ; de 32 à 34 minutes.
Ancienne cote : F3464
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Qualité sonore de l'enregistrement : mauvais
Auteur : Battegay, Alain
Escrib (M.)
Escrib (Mme)
Sujet : Rhône-Poulenc
Paris (France)
Moyen-Orient
Industrie pharmaceutique
Libanais
Déplacements professionnels
Intégration sociale
Politique culturelle
Relations humaines

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents :
Les archives du secteur Archives de la recherche - Phonothèque sont constituées de différents fonds issus du regroupement de laboratoires (antérieurs à la création de la MMSH) ou reçus depuis la création de la MMSH. En collaboration avec l’équipe des archivistes, selon les thématiques explorées et la sensibilité des données, les producteur·rice·s ou leur ayants droit, décident, au moment du versement de leurs archives, des modalités de leur accès et de leur réutilisation en conformité avec la résolution des questions éthiques et juridiques.
Lorsqu’il s’agit d’archives produites dans le cadre d’une carrière professionnelle réalisée au sein d’une institution publique, celles-ci relèvent de l'article L. 211-1 du code du patrimoine et sont considérées comme des archives publiques. Toutefois, certaines parties de fonds ou des fonds complets peuvent avoir d’autres statuts. Chaque fonds a fait l’objet d’une recherche juridique et certains peuvent poser des questions éthiques qui sont prises en compte au moment de la mise à disposition.
Nombre des archives décrites sont des matériaux sensibles qui portent sur la culture des sociétés qui ont fait l’objet d’études ou de recherches ethnographiques. Pour des raisons éthiques, nous vous demandons une grande vigilance sur les modifications ou les utilisations qui pourraient heurter les communautés dépositaires et en particulier les vecteurs de la littérature orale, de la musique ou des chants traditionnels, des savoir-faire, des spectacles et autres matériaux créatifs de ces archives.
Merci, si vous en avez l'envie, de nous signaler vos écoutes et ré utilisations.
Enfin, les analyses archivistiques peuvent reprendre des informations personnelles. Conformément à la loi n ° 78-17 "Informatique et Libertés", toute personne dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données la concernant et informées sur ce site. Pour exercer ce droit, vous pouvez adresser un courriel à l'adresse de contact. Si vous souhaitez plus d’information sur cette législation, vous pouvez consulter le site de la CNIL
D’une façon générale, les métadonnées décrivant les fonds peuvent être librement ré-utilisées sous la licence CC-0. La photocopie des documents d’archives n'est pas autorisée et la photographie sans flash l’est en principe, sauf conditions particulières. Lorsque la copie des fichiers numériques est possible, un contrat d’utilisation doit être signé spécifiant les modalités d’usage. Enfin, toute publication ou reproduction est soumise à autorisation et la citation de l’origine du fonds doit être précisée avec l’URL de la notice dans le catalogue Calames.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/