Calames

MMSH-PH-4365 Un journaliste professionnel français de la dernière antenne de l’Office de radiodiffusion-télévision Française établie à Beyrouth (Liban) en 1975, parle de la censure exercée en particulier par l’Agence nationale d'information libanaise

Date : 1975-01
Description physique : 1 bde. Durée : 1 h 25 min.
Description : L’entretien se déroule avec le couple (de 26 et 27 ans) mais c’est essentiellement l’homme qui prend la parole afin de s’exprimer au sujet de son travail de journaliste. L’homme n’a pas fait d’études supérieures et il est rentré tout de suite après son service militaire à l’Office de radiodiffusion-télévision Française (ORTF), en réalisant un stage à l’Institut Français d’Opinion Publique, conjointement à France Inter. Parti 3 ans plus tard en Guadeloupe où il s’est marié en 1974, l’informateur revient fréquemment, pendant l’entretien, sur cette première expérience professionnelle de journaliste reporter ainsi que de présentateur du journal télévisé. Leur arrivée à Beyrouth, il y a maintenant 17 ans, se doit en particulier à la convivialité de la communauté libanaise que le couple a connu en Guadeloupe. L’homme ayant retrouvé un vieil ami d’enfance, par hasard, l’installation du couple a été plus facile qu’elle n’aurait dû l’être. Si les époux ne se sont jamais sentis dépaysés au Liban, leurs loisirs sont essentiellement tournés vers leurs fréquentations sociales, aussi bien avec des Français qu’avec des Libanais. La femme, enceinte, a dû arrêter de travailler. Revenant sur son travail, l’homme dit être déçu par les conditions de censures qui l’empêchent d’après lui, de faire un travail de qualité dans un pays où il se produit visiblement “des choses”. Tout ce qui concerne le Liban ne pouvant être diffusé qu’après avis et censure de l'Agence nationale d’information libanaise. Le Liban est le seul pays ayant insisté pour que l’ORTF ne ferme pas définitivement ses portes mais conserve son antenne à Beyrouth, probablement pour des motifs économiques selon le journaliste. En contrepartie, l’ORTF souhaite libaniser l’antenne afin de prolonger son existence. Refermée sur elle-même contre son gré, l’ORTF a peu de liens avec l’Ambassade de France à Beyrouth (l’arrivée au Liban de personnalités françaises telles que le démographe et économiste Alfred Sauvy, sont rarement annoncées). Les seuls contacts avec les autres journalistes sont plus amicaux que professionnels (journalistes de l’Agence France Presse; de Reuters; etc), si ce n’est avec les journalistes palestiniens dont les relations sont déconseillées. Le journaliste français considère que les Libanais pourraient le remplacer et il ne pense pas que les professionnels français puissent proposer des compétences particulières. Malgré l’usage répandu du français au Liban, il reconnaît que le français est insuffisant pour parler des affaires d’Etat libanaises. L’informateur explique les difficultés de l’ORTF à commenter de nombreux faits divers touchant le Liban (la pénurie de sucre, la maladie de Brejnev, l’attentat d’Orly, les bombardements sur Sabra etc.) et critique le fait que l’antenne ORTF ne soit utilisée que comme un instrument de propagande. Vers la fin de l’entretien, l’informateur évoque ses voyages en couple auMoyen-Orientainsi que sa déception à l’égard du Liban dont le paysage manque selon lui d’authenticité et reste sale. Il conseille aux chercheurs de prendre contact avec un correspondant de France Inter qui connaît bien mieux le Liban que lui en raison de sa plus grande liberté professionnelle. Il revient sur la pression exercée par le gouvernement libanais sur l’antenne ORTF.
Ancienne cote : F3465
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Qualité sonore de l'enregistrement : moyenne
Auteur : Métral, Françoise
Le Tac (M.)
Le Tac (Mme)
Sujet : Office de radiodiffusion-télévision française
Agence Nationale de l'Information libanaise
Institut français d'opinion publique
France-Inter
Guadeloupe
Sauvy, Alfred (1898-1990)
Agence France-Presse
Moyen-Orient
Journalisme de télévision
Médias -- Censure
Intégration sociale
Faits divers
Liban -- Politique économique -- 1975-1990

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents :
Les archives du secteur Archives de la recherche - Phonothèque sont constituées de différents fonds issus du regroupement de laboratoires (antérieurs à la création de la MMSH) ou reçus depuis la création de la MMSH. En collaboration avec l’équipe des archivistes, selon les thématiques explorées et la sensibilité des données, les producteur·rice·s ou leur ayants droit, décident, au moment du versement de leurs archives, des modalités de leur accès et de leur réutilisation en conformité avec la résolution des questions éthiques et juridiques.
Lorsqu’il s’agit d’archives produites dans le cadre d’une carrière professionnelle réalisée au sein d’une institution publique, celles-ci relèvent de l'article L. 211-1 du code du patrimoine et sont considérées comme des archives publiques. Toutefois, certaines parties de fonds ou des fonds complets peuvent avoir d’autres statuts. Chaque fonds a fait l’objet d’une recherche juridique et certains peuvent poser des questions éthiques qui sont prises en compte au moment de la mise à disposition.
Nombre des archives décrites sont des matériaux sensibles qui portent sur la culture des sociétés qui ont fait l’objet d’études ou de recherches ethnographiques. Pour des raisons éthiques, nous vous demandons une grande vigilance sur les modifications ou les utilisations qui pourraient heurter les communautés dépositaires et en particulier les vecteurs de la littérature orale, de la musique ou des chants traditionnels, des savoir-faire, des spectacles et autres matériaux créatifs de ces archives.
Merci, si vous en avez l'envie, de nous signaler vos écoutes et ré utilisations.
Enfin, les analyses archivistiques peuvent reprendre des informations personnelles. Conformément à la loi n ° 78-17 "Informatique et Libertés", toute personne dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données la concernant et informées sur ce site. Pour exercer ce droit, vous pouvez adresser un courriel à l'adresse de contact. Si vous souhaitez plus d’information sur cette législation, vous pouvez consulter le site de la CNIL
D’une façon générale, les métadonnées décrivant les fonds peuvent être librement ré-utilisées sous la licence CC-0. La photocopie des documents d’archives n'est pas autorisée et la photographie sans flash l’est en principe, sauf conditions particulières. Lorsque la copie des fichiers numériques est possible, un contrat d’utilisation doit être signé spécifiant les modalités d’usage. Enfin, toute publication ou reproduction est soumise à autorisation et la citation de l’origine du fonds doit être précisée avec l’URL de la notice dans le catalogue Calames.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/