Calames

MMSH-PH-4392 Une employée de la mission culturelle à Beyrouth mariée à un Libanais parle de sa vie professionnelle et privée et donne sa vision de la culture et langue française au Liban en 1975

Date : 1975-01
Description physique : 1 bde. Durée : 1 h 29 min.
Description : L’informatrice est mariée, a deux enfants. C’est dans la région parisienne qu’elle a fait ses études primaires et secondaires puis elle a suivi des études de psychologie à Mulhouse. Elle s’est spécialisée dans la psychologie sociale et industrielle et a obtenu un premier emploi à Paris dans une société d’études de marché puis a travaillé au sein des ressources humaines à Strasbourg. En 1966, elle se rend au Liban en vacances où elle rencontre son futur mari, un journaliste spécialiste de la politique intérieure. Lors de son installation au Liban en 1966, elle doit gérer les relations avec sa belle-famille qui a tendance à s’immiscer dans la vie quotidienne du couple. Après quelques mois d’adaptation matérielle, l’informatrice décide de chercher du travail et elle obtient un remplacement d’institutrice dans le cadre d’un congé maternité. Son emploi actuel est à la Mission Culturelle de l’Ambassade où elle gère les bourses des étudiants libanais qui vont étudier en France et elle s’occupe également des stages organisés pour les fonctionnaires libanais. Son statut a été d’abord sous la forme d’un recrutement local et récemment, elle a été nommée contractuelle par le Ministère des Affaires Etrangères. En plus de cet emploi elle donne deux heures de cours en psychologie sociale à l’Ecole Supérieure des Lettres. L’informatrice donne par ailleurs beaucoup de détails sur le personnel, les différents types de contrat, les salaires, au sein de l’ambassade. Elle revient sur les relations avec sa belle-famille qui ne voit pas d’un bon oeil son implication professionnelle et dont les principes éducatifs ne correspondent pas aux siens. Quant à son temps libre, elle dit qu’elle fréquente surtout des couples mixtes franco-libanais et chrétiens avec lesquels elle partage les mêmes préoccupations. Elle ne connaît pas les Français installés depuis longtemps et a peu de contacts avec les Français détachés avec lesquels elle n’a pas de points communs. A ce propos, elle remarque que cette catégorie représente un milieu fermé qui ne s’ouvre absolument pas aux autres. Elle souligne son implication culturelle envers le Liban; en effet, bien qu’elle n’ait jamais appris l’arabe, elle se débrouille, ses enfants sont bilingues et ils se présentent avant tout comme franco-libanais. Lors de leurs loisirs et vacances, la famille profite des activités culturelles libanaises, voyage dans le pays avec des amis libanais. Interrogée sur sa vision de la place de la langue française, elle pense que ce n’est pas la culture qui doit être diffusée car elle ne concerne qu’une élite mais au contraire un français de communication enseigné en langue seconde. Elle remarque que la mission culturelle réfléchit de plus en plus à cette orientation et aussi à des changements à effectuer sur les modalités et contenus du baccalauréat. Le Liban est en train de changer, la masse musulmane grandit et elle insiste sur la nécessité d’une adaptation à cette nouvelle donne. Au sujet de son avenir dans le pays, elle se dit consciente des changements politiques qui pourraient l’amener à un retour en France.
Ancienne cote : F3479
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Qualité sonore de l'enregistrement : bonne
Auteur : Métral, Françoise
Nasr (Mme)
Sujet : Mission Culturelle Française au Liban
Mulhouse (Haut-Rhin)
Paris (France)
Strasbourg (Bas-Rhin)
École Supérieure des Lettres de Beyrouth
Mariage mixte
Intégration sociale
Bilinguisme
Loisirs
Travail et vie personnelle

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents :
Les archives du secteur Archives de la recherche - Phonothèque sont constituées de différents fonds issus du regroupement de laboratoires (antérieurs à la création de la MMSH) ou reçus depuis la création de la MMSH. En collaboration avec l’équipe des archivistes, selon les thématiques explorées et la sensibilité des données, les producteur·rice·s ou leur ayants droit, décident, au moment du versement de leurs archives, des modalités de leur accès et de leur réutilisation en conformité avec la résolution des questions éthiques et juridiques.
Lorsqu’il s’agit d’archives produites dans le cadre d’une carrière professionnelle réalisée au sein d’une institution publique, celles-ci relèvent de l'article L. 211-1 du code du patrimoine et sont considérées comme des archives publiques. Toutefois, certaines parties de fonds ou des fonds complets peuvent avoir d’autres statuts. Chaque fonds a fait l’objet d’une recherche juridique et certains peuvent poser des questions éthiques qui sont prises en compte au moment de la mise à disposition.
Nombre des archives décrites sont des matériaux sensibles qui portent sur la culture des sociétés qui ont fait l’objet d’études ou de recherches ethnographiques. Pour des raisons éthiques, nous vous demandons une grande vigilance sur les modifications ou les utilisations qui pourraient heurter les communautés dépositaires et en particulier les vecteurs de la littérature orale, de la musique ou des chants traditionnels, des savoir-faire, des spectacles et autres matériaux créatifs de ces archives.
Merci, si vous en avez l'envie, de nous signaler vos écoutes et ré utilisations.
Enfin, les analyses archivistiques peuvent reprendre des informations personnelles. Conformément à la loi n ° 78-17 "Informatique et Libertés", toute personne dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données la concernant et informées sur ce site. Pour exercer ce droit, vous pouvez adresser un courriel à l'adresse de contact. Si vous souhaitez plus d’information sur cette législation, vous pouvez consulter le site de la CNIL
D’une façon générale, les métadonnées décrivant les fonds peuvent être librement ré-utilisées sous la licence CC-0. La photocopie des documents d’archives n'est pas autorisée et la photographie sans flash l’est en principe, sauf conditions particulières. Lorsque la copie des fichiers numériques est possible, un contrat d’utilisation doit être signé spécifiant les modalités d’usage. Enfin, toute publication ou reproduction est soumise à autorisation et la citation de l’origine du fonds doit être précisée avec l’URL de la notice dans le catalogue Calames.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/