Calames

MMSH-PH-4393 Un couple universitaire de Français expose sa vision de la place et du rôle de la langue française au Liban en 1975

Date : 1975-01
Description physique : 1 bde. Durée : 2 h 12 min.
Description : Les témoins forment un couple depuis 1973 et ils se sont mariés à Beyrouth. André Bourgey est agrégé de géographie, installé au Liban depuis 1968, année où il a pris le poste de directeur adjoint de l’institut de géographie de Beyrouth, rattaché à l’université de Lyon. Auparavant, il était assistant dans cette même université et ne connaissait pas du tout le Moyen-Orient. Ayant le désir d’élargir son domaine de compétences en géographie, il a réagi très favorablement lorsque le poste au Liban lui a été proposé. Son épouse, quant à elle, a connu le pays et son futur mari dans le cadre de vacances en 1971. Ses études d’allemand l‘avait conduite à Berlin où elle menait un troisième cycle et où elle avait un poste d’assistante de français dans un lycée. Elle a rejoint son futur époux en 1972. Au sujet de leur adaptation, l’informateur explique que pour sa part, s’il a reçu un accueil très chaleureux de la part de ses collègues, il n’en reste pas moins qu’il a trouvé la situation déroutante au début ; en effet, de nouvelles responsabilités l’attendaient, la vie beyrouthine constituait un grand changement. Au sein de l’institut, il a pu compter sur l’aide sans faille de son prédécesseur qui l’a guidé pour sa prise de poste. La tâche était conséquente car il lui fallait adapter les programmes à la réalité étudiante libanaise. Depuis, l’informateur a été titularisé et nommé directeur de l’institut. Son épouse, elle, a dû demander un congé de convenance personnelle pour s’installer à Beyrouth et elle fait des traductions pour l’institut Goethe, donne des cours de français à des Libanais. Elle aussi, avoue avoir été déconcertée par la ville si différente de Berlin. Leur vie quotidienne est rythmée par leur travail et leurs sorties, leurs voyages avec des amis libanais et des couples franco-libanais. Au début de son séjour, l’homme fréquentait les soirées mondaines mais elles ont fini par lui être pesantes; il avoue toutefois qu’il y a beaucoup appris sur les événements politiques et le pays en discutant avec les Français installés depuis longtemps et les Libanais. Leur cercle de relations au moment de l’entretien est constitué surtout d’enseignants de l’université libanaise ou de l’école des lettres. S’ils ne fréquentent pas d’associations de Français, ils vont de temps en temps au DTL, le club de tennis, qui accepte des Français et des Libanais surtout issus d’un milieu riche. L’épouse note qu’il s’agit d’un club très fermé où elle ne trouve personne avec qui elle pourrait envisager une amitié. La communauté française lui semble, par ailleurs, extrêmement cloisonnée, formée de castes. Leur souhait est de connaître le pays et de fréquenter la population libanaise, et selon l’informateur, Beyrouth est une ville qui permet d’avoir des contacts avec des personnes d’univers très divers. A ce propos, son épouse note que s’ils fréquentent des Libanais, ce sont des chrétiens en majorité et regrettent cet état de fait. Au sujet de son enseignement, l’informateur dit se sentir beaucoup plus à l’aise avec les étudiants de l’université libanaise que ceux de l’école des lettres qui sont, d’après lui, plus guindés et avec lesquels il ne se permet pas de plaisanter. L’entretien se poursuit sur la place de la langue française dans le pays et notamment dans les établissements universitaires. L’homme remarque que l’arabisation y progresse et cette tendance témoigne d’une lutte politique contre l’usage du français. Il explique que les musulmans considèrent que la langue française a privilégié les chrétiens socialement et qu’elle est une manifestation d’un néo-colionalisme. Ils reconnaissent toutefois qu’il y a certains avantages à maîtriser la langue française comme, par exemple, la possibilité de faire un troisième cycle en France. D’après l’informateur, l’utilisation du français favorise la promotion sociale car la langue véhicule une culture, une francisation qui est un outil d’ascension sociale. L’anglais, en revanche, n’implique pas une prise de position culturelle et sa place au Liban ne crée pas les mêmes enjeux politiques. Au sujet de la politique culturelle de la France, il se profile une orientation de l’enseignement du français comme langue seconde. Si l’informateur est conscient de la nécessité d’évolution de l’enseignement traditionnel, il n’en demeure pas moins que la diffusion d’une certaine culture est, pour lui, importante.
Ancienne cote : F3479
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Qualité sonore de l'enregistrement : moyenne
Producteur du fonds ou collectionneur : Bourgey, André (1936-....)
Auteur : Métral, Françoise
Chantal Bourget
Sujet : Géographes français
Berlin (Allemagne)
Éducation religieuse
Arabisants
Arabe (langue)
Bilinguisme
Géographie -- Étude et enseignement
Intégration sociale
Loisirs
Culture dominante
Politique culturelle

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents :
Les archives du secteur Archives de la recherche - Phonothèque sont constituées de différents fonds issus du regroupement de laboratoires (antérieurs à la création de la MMSH) ou reçus depuis la création de la MMSH. En collaboration avec l’équipe des archivistes, selon les thématiques explorées et la sensibilité des données, les producteur·rice·s ou leur ayants droit, décident, au moment du versement de leurs archives, des modalités de leur accès et de leur réutilisation en conformité avec la résolution des questions éthiques et juridiques.
Lorsqu’il s’agit d’archives produites dans le cadre d’une carrière professionnelle réalisée au sein d’une institution publique, celles-ci relèvent de l'article L. 211-1 du code du patrimoine et sont considérées comme des archives publiques. Toutefois, certaines parties de fonds ou des fonds complets peuvent avoir d’autres statuts. Chaque fonds a fait l’objet d’une recherche juridique et certains peuvent poser des questions éthiques qui sont prises en compte au moment de la mise à disposition.
Nombre des archives décrites sont des matériaux sensibles qui portent sur la culture des sociétés qui ont fait l’objet d’études ou de recherches ethnographiques. Pour des raisons éthiques, nous vous demandons une grande vigilance sur les modifications ou les utilisations qui pourraient heurter les communautés dépositaires et en particulier les vecteurs de la littérature orale, de la musique ou des chants traditionnels, des savoir-faire, des spectacles et autres matériaux créatifs de ces archives.
Merci, si vous en avez l'envie, de nous signaler vos écoutes et ré utilisations.
Enfin, les analyses archivistiques peuvent reprendre des informations personnelles. Conformément à la loi n ° 78-17 "Informatique et Libertés", toute personne dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données la concernant et informées sur ce site. Pour exercer ce droit, vous pouvez adresser un courriel à l'adresse de contact. Si vous souhaitez plus d’information sur cette législation, vous pouvez consulter le site de la CNIL
D’une façon générale, les métadonnées décrivant les fonds peuvent être librement ré-utilisées sous la licence CC-0. La photocopie des documents d’archives n'est pas autorisée et la photographie sans flash l’est en principe, sauf conditions particulières. Lorsque la copie des fichiers numériques est possible, un contrat d’utilisation doit être signé spécifiant les modalités d’usage. Enfin, toute publication ou reproduction est soumise à autorisation et la citation de l’origine du fonds doit être précisée avec l’URL de la notice dans le catalogue Calames.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/