Calames

MMSH-PH-4399 Un couple d’enseignants raconte son expérience personnelle et professionnelle au Liban de 1973 à 1975

Date : 1975-01
Description physique : 1 bde. Durée : 1 h 32 min.
Description : L’entretien se déroule avec un couple installé au Liban depuis 1973. L’informatrice a suivi sa famille à Beyrouth où son père a un poste à l’ambassade. Elle est titulaire d’une maîtrise qu’elle a obtenue à l’Ecole des Lettres. L’informateur, après des études d’ingénieur, a pris un poste d’enseignant au Centre d’études mathématiques de Beyrouth. Il donne des cours en français à des étudiants libanais, des garçons en majorité, dont le but est d’obtenir un diplôme et de trouver un travail en France ou au Moyen-Orient. Il évoque le personnel enseignant du Centre composé de Français et de Libanais dont il dit qu’ils ont plus de succès que les Français et qui n’ont pas la même exigence de travail envers les étudiants. L’informatrice, a trouvé, tout d’abord, un travail au lycée franco-libanais, expérience malheureuse car elle dit avoir été exploitée financièrement. Au moment de l’entretien, elle enseigne dans une école musulmane où elle est correctement payée. Ses élèves, de milieu social modeste, ne parlent pas ou peu français et elle leur donne des cours de français langue étrangère. Elle souligne que le règlement de l’école interdit que les enseignantes s’adressent à leurs collègues hommes et que les femmes ne peuvent pas porter de vêtements qui découvrent leur corps. Concernant leurs relations avec les Libanais, le couple en a peu, il fréquente surtout le frère d’un ami libanais vivant en France. L’homme explique cela par la différence de mentalité entre les deux cultures et avoue avoir du mal à s’adapter au Liban dont les habitants lui paraissent futiles et cupides et susceptibles. Toutefois, il se montre critique également envers la communauté française qu’il trouve fermée et hypocrite. A la question de l’identité du Liban, l’homme pense qu’il ne s’agit pas de celle d’un pays arabe même si le pays est difficile à cerner. La ville de Beyrouth est selon lui très occidentalisée; son épouse souligne qu’il y a malgré tout des quartiers arabes. L’informateur fait remarquer, que les chrétiens refusent le monde arabe et se considèrent libanais avant tout. Au sujet du rôle de la population française, l’informateur explique sa présence par des enjeux politiques et économiques qui doivent passer par la diffusion de la culture française. Son épouse à ce propos, ne pense pas que ce savoir occidental dispensé en particulier à l’Ecole des lettres, gêne les étudiants qu’elle a rencontrés. Le couple va quitter le Liban avec des sentiments mitigés : l’homme admet ne pas avoir réussi à s’intégrer mais pense avoir appris de cette expérience. il n’en va pas de même pour l’épouse qui se dit très déçue par son séjour.
Ancienne cote : F3482
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Qualité sonore de l'enregistrement : moyenne
Auteur : Métral, Jean
Legrand (M.)
Legrand (Mme)
Sujet : École Supérieure des Lettres de Beyrouth
Centre d'études mathématiques de Beyrouth
Enseignants
Français (langue) -- Étude et enseignement
Relations maître-élève
Isolement social
Christianisme -- Relations -- Islam
Culture dominante
Femmes -- Conditions sociales

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents :
Les archives du secteur Archives de la recherche - Phonothèque sont constituées de différents fonds issus du regroupement de laboratoires (antérieurs à la création de la MMSH) ou reçus depuis la création de la MMSH. En collaboration avec l’équipe des archivistes, selon les thématiques explorées et la sensibilité des données, les producteur·rice·s ou leur ayants droit, décident, au moment du versement de leurs archives, des modalités de leur accès et de leur réutilisation en conformité avec la résolution des questions éthiques et juridiques.
Lorsqu’il s’agit d’archives produites dans le cadre d’une carrière professionnelle réalisée au sein d’une institution publique, celles-ci relèvent de l'article L. 211-1 du code du patrimoine et sont considérées comme des archives publiques. Toutefois, certaines parties de fonds ou des fonds complets peuvent avoir d’autres statuts. Chaque fonds a fait l’objet d’une recherche juridique et certains peuvent poser des questions éthiques qui sont prises en compte au moment de la mise à disposition.
Nombre des archives décrites sont des matériaux sensibles qui portent sur la culture des sociétés qui ont fait l’objet d’études ou de recherches ethnographiques. Pour des raisons éthiques, nous vous demandons une grande vigilance sur les modifications ou les utilisations qui pourraient heurter les communautés dépositaires et en particulier les vecteurs de la littérature orale, de la musique ou des chants traditionnels, des savoir-faire, des spectacles et autres matériaux créatifs de ces archives.
Merci, si vous en avez l'envie, de nous signaler vos écoutes et ré utilisations.
Enfin, les analyses archivistiques peuvent reprendre des informations personnelles. Conformément à la loi n ° 78-17 "Informatique et Libertés", toute personne dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données la concernant et informées sur ce site. Pour exercer ce droit, vous pouvez adresser un courriel à l'adresse de contact. Si vous souhaitez plus d’information sur cette législation, vous pouvez consulter le site de la CNIL
D’une façon générale, les métadonnées décrivant les fonds peuvent être librement ré-utilisées sous la licence CC-0. La photocopie des documents d’archives n'est pas autorisée et la photographie sans flash l’est en principe, sauf conditions particulières. Lorsque la copie des fichiers numériques est possible, un contrat d’utilisation doit être signé spécifiant les modalités d’usage. Enfin, toute publication ou reproduction est soumise à autorisation et la citation de l’origine du fonds doit être précisée avec l’URL de la notice dans le catalogue Calames.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/