Calames

MMSH-PH-4406 Un géographe enseignant à l’Université libanaise et à l’institut de géographie du Proche et Moyen Orient raconte son expérience professionnelle de 1958 à 1975 et livre sa perception des enjeux éducatifs du Liban

Date : 1975-01
Description physique : 1 bde. Durée : 2 h 49 min.
Description : L’informateur intègre l’Ecole Normale en 1941 après avoir obtenu son brevet, et vit une période difficile pendant la guerre, son père ayant été fait prisonnier de 1940 à 1945. Après la Libération, il passe deux ans en classe préparatoire afin d’intégrer l’Ecole Normale de Saint-Cloud où il passera 4 ans en tant qu’interne. Ensuite il part pour l’Egypte en 1950 dans le cadre de la Mission Laïque. Il obtient le CAPES de géographie en 1952 et quitte le pays en 1955 en raison de la situation politique. C’est à Hanoï qu’il pose ses valises pour une courte durée car après l’indépendance du Nord Vietnam en 1956, il n’y a plus de poste d’histoire géographie en langue française. Après un retour en France, il repart pour le Cambodge où il rencontre sa future femme qu’il épousera en 1957. La Mission Laïque l’envoie à Damas où un lycée s’ouvre et il y passe un année pendant laquelle il est amené à publier des articles sur la pêche pour l’encyclopédie de la Pléiade. 1958 est l’année de naissance de son fils et celle de son départ pour Beyrouth où l’institut de géographie du proche et moyen orient (IGPMO) lui propose un poste qui ne sera finalement pas créé. L’informateur intègre alors le Lycée franco-libanais de la Mission Laïque et donne quelques heures de cours à l’IGPMO. Par ailleurs, il achève son travail sur la pêche et le publie. En 1961 il devient père d’une petite fille et en 1963 il est détaché à l’Université Libanaise pour consolider le département de géographie dont il deviendra responsable. Il est par ailleurs nommé maître assistant en 1965 et en 1966 il crée une revue suite à un colloque .Au moment de l’entretien, il a gravi tous les échelons professionnels possibles et ne peut rester au Liban qu’une année supplémentaire. Lorsqu’il évoque sa vie professionnelle, il dresse un constat plutôt négatif de son expérience en lycée car les classes y sont surchargées, et le niveau assez bas. En ce qui concerne l’Université libanaise, il dit y avoir fait un travail intéressant; il a développé la licence de géographie et ses rapports avec le doyen ont été constructifs. Cependant à l’arrivée d’une nouvelle doyenne, la situation se détériore et les querelles confessionnelles se sont multipliées et la politisation des étudiants a conduit à des actions vides de sens selon lui car porteuses d’intérêts individuels. Quant à la question du personnel français, il lui paraît aberrant qu’il soit payé par la France. Il émet des doutes également sur l’enseignement qui est fait en français alors que les élèves, plus tard, devront enseigner en arabe. Le français et la culture française sont en perte de vitesse selon lui face à l’anglais qui se développe fortement. De plus, la situation politique libanaise joue aussi un rôle important dans la baisse de l’influence française. L’entretien est coupé et reprend plus tard après “des événements graves pour le pays” selon Jean Métral. Cette nouvelle donne ne modifie pas la vision de l’informateur au sujet de la place des Français. Il dresse le portrait d’une communauté divisée en catégories socio-professionnelles et entre les “mondains” et les “non mondains”. Les institutions françaises sont selon lui une “industrie”qui fait partie de l’économie libanaise; toutefois si elles servent de modèle de référence, elles sont parfois mal perçues par les Libanais car elles concentrent les compétences et font concurrence aux établissements libanais. Ainsi la politique éducative est à revoir selon lui. Il faudrait renforcer la formation française en transformant les infrastructures présentes en les rénovant et les améliorant. La bande s’arrête en milieu d’entretien.
Ancienne cote : F3485
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Qualité sonore de l'enregistrement : bonne
Auteur : Métral, Jean
Jacques Besançon
Sujet : Université libanaise
Institut de géographie du Proche et du Moyen Orient (Liban)
École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud
Mission laïque française
Hanoi (Viet-Nam)
Cambodge
Damas (Syrie)
Enseignement
Politique culturelle
Politique linguistique

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents :
Les archives du secteur Archives de la recherche - Phonothèque sont constituées de différents fonds issus du regroupement de laboratoires (antérieurs à la création de la MMSH) ou reçus depuis la création de la MMSH. En collaboration avec l’équipe des archivistes, selon les thématiques explorées et la sensibilité des données, les producteur·rice·s ou leur ayants droit, décident, au moment du versement de leurs archives, des modalités de leur accès et de leur réutilisation en conformité avec la résolution des questions éthiques et juridiques.
Lorsqu’il s’agit d’archives produites dans le cadre d’une carrière professionnelle réalisée au sein d’une institution publique, celles-ci relèvent de l'article L. 211-1 du code du patrimoine et sont considérées comme des archives publiques. Toutefois, certaines parties de fonds ou des fonds complets peuvent avoir d’autres statuts. Chaque fonds a fait l’objet d’une recherche juridique et certains peuvent poser des questions éthiques qui sont prises en compte au moment de la mise à disposition.
Nombre des archives décrites sont des matériaux sensibles qui portent sur la culture des sociétés qui ont fait l’objet d’études ou de recherches ethnographiques. Pour des raisons éthiques, nous vous demandons une grande vigilance sur les modifications ou les utilisations qui pourraient heurter les communautés dépositaires et en particulier les vecteurs de la littérature orale, de la musique ou des chants traditionnels, des savoir-faire, des spectacles et autres matériaux créatifs de ces archives.
Merci, si vous en avez l'envie, de nous signaler vos écoutes et ré utilisations.
Enfin, les analyses archivistiques peuvent reprendre des informations personnelles. Conformément à la loi n ° 78-17 "Informatique et Libertés", toute personne dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données la concernant et informées sur ce site. Pour exercer ce droit, vous pouvez adresser un courriel à l'adresse de contact. Si vous souhaitez plus d’information sur cette législation, vous pouvez consulter le site de la CNIL
D’une façon générale, les métadonnées décrivant les fonds peuvent être librement ré-utilisées sous la licence CC-0. La photocopie des documents d’archives n'est pas autorisée et la photographie sans flash l’est en principe, sauf conditions particulières. Lorsque la copie des fichiers numériques est possible, un contrat d’utilisation doit être signé spécifiant les modalités d’usage. Enfin, toute publication ou reproduction est soumise à autorisation et la citation de l’origine du fonds doit être précisée avec l’URL de la notice dans le catalogue Calames.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/