Calames

MMSH-PH-4407 Un prête dominicain, étudiant à l’Institut de Lettres Orientales à Beyrouth et enseignant en psychologie et catéchèse fait le récit de son expérience de 1969 à 1975 sous l’angle de sa spiritualité et de sa passion pour les études arabes

Date : 1975-01
Description physique : 1 bde. Durée : 2 h 12 min.
Description : Titulaire d’une licence d’allemand à l’université de Lille, l’informateur fait son noviciat et un an de philosophie au studium chez les Dominicains. Dans le cadre de son service militaire, il part pour l’Algérie après l’indépendance du pays et il enseigne l’allemand dans le cadre de la coopération, à Constantine. Il retourne ensuite chez les dominicains où il étudie la philosophie et la théologie et il y obtient l’examen de lectorat qui lui donne le droit d’enseigner cette matière dans une maison dominicaine. L’informateur arrive à Beyrouth en 1969. Son arrivée au Liban est déterminée par son intérêt pour la langue arabe depuis son séjour en Algérie et par l’enseignement de bonne qualité qui est, selon lui, prodigué à Beyrouth à l’Institut de Lettres Orientales (ILO) et par une activité sacerdotale qui lui semble possible. Ses premières impressions de Beyrouth sont positives car il y apprécie le côté occidental, technique et ne sent pas complètement dépaysé. Cependant il s’y sent vite mal à l’aise car il s’aperçoit que le Liban est un monde” disloqué”, tiraillé entre un cadre arabe géographique et un occidentalisme prégnant. De plus, il se heurte à une église très traditionnelle dont il se rend compte qu’elle retarde les évolutions sociales. Il a d’ailleurs des ennuis avec les autorités religieuses qui l’accusent de “communisme”, de “progressisme”. Il souligne qu’il veut comprendre la société musulmane, qu’il est attaché au monde arabe et il décide de faire une année d’anthropologie en 1974 afin de mieux les comprendre. C’est ainsi qu’il trouve une voie fécondante car il peut exprimer sa foi chrétienne et aussi développer son intérêt pour l’Islam. L’informateur enseigne la psychologie à l’école de formation des jardinières d’enfants et la catéchèse au lycée Sioufi. Concernant ces deux expériences, il dit qu’il réprouve le cadre de la catéchèse mais qu’il considère y faire un bon travail en développant l’esprit critique. Il regrette cependant que l’enseignement sérieux, prodigué à l’école de jardinières soit fait en langue française, car les élèves auront au cours de leur carrière des contacts avec des arabophones. Lorsque l’informateur rentre en France, il s’avoue surpris par ses compatriotes qu’il trouve très peu curieux du reste du monde. Son point de vue sur l’Eglise en France l’amène à une comparaison avec l’Eglise allemande qu’il trouve plus intellectuelle et vectrice de travaux sérieux. L’avenir du catholicisme au Liban est une question cruciale car il y a selon lui deux courants en tension l’un avec l’autre : un premier (minoritaire) incarné notamment par Grégoire Haddad qui prône une église arabe ouverte aux chrétiens des autres pays (Syrie, Egypte), ouverte au monde musulman, au dialogue et un deuxième courant qui rassemble les croyants et les titulaires d’une carte d’identité chrétienne, plutôt en opposition avec le monde arabe et musulman. L’Islam selon lui est en train de changer avec l’existence d’un courant détaché du dogmatisme. A propos de la communauté française du Liban, il constate que le personnel travaillant dans les institutions françaises est peu ouvert au pays dans lequel ils vivent. Sa connaissance et pratique en tant qu’étudiant à l’Ecole Supérieure des Lettres (l’ESL) et à l’ILO, le conduisent à établir une différence entre les deux écoles. L’ESL, selon lui, est restée fermée sur elle-même, se contentant de transporter l’enseignement français au lieu de l’adapter aux réalités du pays; Il pense que L’ILO manifeste plus d’ouverture envers les autres institutions du pays. Au sujet de la question de l’impérialisme culturel soulevée par l’enquêteur, il répond qu’elle est justifiée dans le sens où les étrangers arrivent dans le pays en position de force. Une posture productive serait qu’il y ait une interpellation intellectuelle et mutuelle entre Arabes et Français, posture difficile à adopter car chaque communauté est retranchée dans des comportements hérités du colonialisme. L’avenir de la culture française pourrait être considéré sous un angle politique, selon lui, car elle pourrait jouer un rôle de dialogue avec les pays arabes qui sont en pleine évolution. En ce qui concerne le Liban, son point de vue est que la culture française se délite car la langue reste bloquée dans un apprentissage traditionnel qui ne favorise pas sa diffusion, son rayonnement et l’anglais semble dominer de plus en plus en raison de son utilisation commerciale et technique. L’informateur compte rester encore deux ans au Liban pour y faire sa thèse et ensuite si une offre en France correspondant à ses qualifications en arabe et islamologie, se présente, il compte rentrer.
Ancienne cote : F3487
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Qualité sonore de l'enregistrement : moyenne
Auteur : Métral, Jean
Claude Gilliot
Sujet : Institut de lettres orientales (Beyrouth)
Lille (Nord)
Ordre des Prêcheurs
Constantine (Algérie)
École Supérieure des Lettres de Beyrouth
Enseignement
Étude et enseignement -- Locuteurs de l'arabe
Foi -- Christianisme
Christianisme -- Relations -- Islam
Culture dominante
Politique linguistique

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents :
Les archives du secteur Archives de la recherche - Phonothèque sont constituées de différents fonds issus du regroupement de laboratoires (antérieurs à la création de la MMSH) ou reçus depuis la création de la MMSH. En collaboration avec l’équipe des archivistes, selon les thématiques explorées et la sensibilité des données, les producteur·rice·s ou leur ayants droit, décident, au moment du versement de leurs archives, des modalités de leur accès et de leur réutilisation en conformité avec la résolution des questions éthiques et juridiques.
Lorsqu’il s’agit d’archives produites dans le cadre d’une carrière professionnelle réalisée au sein d’une institution publique, celles-ci relèvent de l'article L. 211-1 du code du patrimoine et sont considérées comme des archives publiques. Toutefois, certaines parties de fonds ou des fonds complets peuvent avoir d’autres statuts. Chaque fonds a fait l’objet d’une recherche juridique et certains peuvent poser des questions éthiques qui sont prises en compte au moment de la mise à disposition.
Nombre des archives décrites sont des matériaux sensibles qui portent sur la culture des sociétés qui ont fait l’objet d’études ou de recherches ethnographiques. Pour des raisons éthiques, nous vous demandons une grande vigilance sur les modifications ou les utilisations qui pourraient heurter les communautés dépositaires et en particulier les vecteurs de la littérature orale, de la musique ou des chants traditionnels, des savoir-faire, des spectacles et autres matériaux créatifs de ces archives.
Merci, si vous en avez l'envie, de nous signaler vos écoutes et ré utilisations.
Enfin, les analyses archivistiques peuvent reprendre des informations personnelles. Conformément à la loi n ° 78-17 "Informatique et Libertés", toute personne dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données la concernant et informées sur ce site. Pour exercer ce droit, vous pouvez adresser un courriel à l'adresse de contact. Si vous souhaitez plus d’information sur cette législation, vous pouvez consulter le site de la CNIL
D’une façon générale, les métadonnées décrivant les fonds peuvent être librement ré-utilisées sous la licence CC-0. La photocopie des documents d’archives n'est pas autorisée et la photographie sans flash l’est en principe, sauf conditions particulières. Lorsque la copie des fichiers numériques est possible, un contrat d’utilisation doit être signé spécifiant les modalités d’usage. Enfin, toute publication ou reproduction est soumise à autorisation et la citation de l’origine du fonds doit être précisée avec l’URL de la notice dans le catalogue Calames.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/