Calames

MMSH-PH-4408 Le directeur du centre culturel français de Saida parle de son activité et de la situation politique de début d’année 1975 au sud Liban

Date : 1975-01
Description physique : 1 bde. Durée : 1 h 08 min.
Description : L’entretien n’est pas complet, il débute en pleine discussion entre les enquêteurs et leur informateur. Ce dernier, dont on ne connaît pas exactement les fonctions semble être directeur du centre culturel français de Saida au Liban sud et se positionne en tant que personne relais concernant la gestion des assistants pédagogiques car il les soutient dans leur action. Il gère une amicale pour tout le Liban Sud qui comporte 80 membres de confession musulmane et chrétienne. Dans le centre, on propose des cours de français, des cours de pédagogie et on y trouve un ciné-club ainsi qu’une bibliothèque. L’informateur évoque la situation particulière de Saida en 1975, il y a 50000 palestiniens rassemblés dans des camps (certains suivent les cours de français) et il raconte les événements de mars 1975 en mentionnant les funérailles de Maarouf Saad, député libanais mort à la suite de la répression des manifestations de marins pêcheurs du mois de février . Il insiste sur le fait que les funérailles ont rassemblé “tout le monde” c’est-à-dire les représentants des différentes confessions. L’informateur insiste sur la neutralité du centre où sont proscrites les discussions à caractère politique. Il mentionne avoir des contacts professionnels avec les autorités religieuses catholiques, musulmanes, maronites en ce qui concerne les diverses activités du centre. L’informateur évoque aussi sa retraite qui débutera dans trois ans.
Ancienne cote : F3487
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Qualité sonore de l'enregistrement : moyenne
Auteur : Métral, Jean
Métral, Françoise
Papillon (M.)
Sujet : Ṣaydā (Liban)
Administrateurs culturels
Équipements culturels français
Politique culturelle
Français (langue) -- Étude et enseignement
Liban -- 1975-1990 (Guerre civile)

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents :
Les archives du secteur Archives de la recherche - Phonothèque sont constituées de différents fonds issus du regroupement de laboratoires (antérieurs à la création de la MMSH) ou reçus depuis la création de la MMSH. En collaboration avec l’équipe des archivistes, selon les thématiques explorées et la sensibilité des données, les producteur·rice·s ou leur ayants droit, décident, au moment du versement de leurs archives, des modalités de leur accès et de leur réutilisation en conformité avec la résolution des questions éthiques et juridiques.
Lorsqu’il s’agit d’archives produites dans le cadre d’une carrière professionnelle réalisée au sein d’une institution publique, celles-ci relèvent de l'article L. 211-1 du code du patrimoine et sont considérées comme des archives publiques. Toutefois, certaines parties de fonds ou des fonds complets peuvent avoir d’autres statuts. Chaque fonds a fait l’objet d’une recherche juridique et certains peuvent poser des questions éthiques qui sont prises en compte au moment de la mise à disposition.
Nombre des archives décrites sont des matériaux sensibles qui portent sur la culture des sociétés qui ont fait l’objet d’études ou de recherches ethnographiques. Pour des raisons éthiques, nous vous demandons une grande vigilance sur les modifications ou les utilisations qui pourraient heurter les communautés dépositaires et en particulier les vecteurs de la littérature orale, de la musique ou des chants traditionnels, des savoir-faire, des spectacles et autres matériaux créatifs de ces archives.
Merci, si vous en avez l'envie, de nous signaler vos écoutes et ré utilisations.
Enfin, les analyses archivistiques peuvent reprendre des informations personnelles. Conformément à la loi n ° 78-17 "Informatique et Libertés", toute personne dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données la concernant et informées sur ce site. Pour exercer ce droit, vous pouvez adresser un courriel à l'adresse de contact. Si vous souhaitez plus d’information sur cette législation, vous pouvez consulter le site de la CNIL
D’une façon générale, les métadonnées décrivant les fonds peuvent être librement ré-utilisées sous la licence CC-0. La photocopie des documents d’archives n'est pas autorisée et la photographie sans flash l’est en principe, sauf conditions particulières. Lorsque la copie des fichiers numériques est possible, un contrat d’utilisation doit être signé spécifiant les modalités d’usage. Enfin, toute publication ou reproduction est soumise à autorisation et la citation de l’origine du fonds doit être précisée avec l’URL de la notice dans le catalogue Calames.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/