Calames

MMSH-PH-4409 Un coopérant à l’ORTF dresse le portrait d’un Liban écartelé entre deux cultures et en proie à des mutations en 1975

Date : 1975-01
Description physique : 1 bde. Durée : 1 h 58 min.
Description : Après des études en langues orientales et une licence de droit, l’informateur fait un premier séjour à Beyrouth en 1970 afin de perfectionner son arabe au CREA et s’inscrit à l’USJ en DES (Master2 actuel) de sociopolitique et licence d’arabe. Son arrivée au Liban le confronte à une difficulté car en tant qu’arabisant de l’idéologie libanaise, il est immergé dans un pays qui copie sa culture sur l’étranger. Il dit avoir beaucoup souffert de son séjour à Bikfaya, fief des Kataëb des Gemayel où il a fait face à à un milieu très éloigné de ses convictions. C’est à Damas qu’il trouve un équilibre en ayant des rapports d’égal à égal avec les arabisants et les syriens. Lorsqu’il revient à Beyrouth, c’est dans le cadre de la coopération militaire où il dépend de l’O.R.T.F pour un contrat de 16 mois : il est coopérant avec la radio libanaise pour les émissions en langue française. Le directeur de l’ORTF est un des rares arabisants et le personnel est composé de Français et de Libanais. Il avoue être déçu par une partie de ceux qui manifestent un racisme anti arabe et souligne les problèmes confessionnels entre chrétiens et musulmans. D’autre part, l’informateur pense que le problème linguistique du Liban écartelé entre le français et l’arabe n’encourage pas sa pratique personnelle de la langue arabe. Ses fréquentations sont celles du milieu intellectuel et il ne participe pas à la vie mondaine en général. Même pendant ses loisirs (il fait de la musique de chambre), il est confronté à la préférence des musiciens et du public pour la musique occidentale et au mépris pour les artistes arabes. Il y voit la fermeture d’esprit d’un certain milieu qui dénigre totalement l’arabité. Au sujet du bilinguisme, l’informateur dit qu’il existe dans une certaine partie du milieu bourgeois chrétien mais qu’il est surtout une composante de l’idéologie libanaise qui souhaite se démarquer d’une “aculture” arabe. En revanche l’arabité évolue et commence à s’imposer car économiquement la maîtrise de la langue peut déboucher sur des emplois et les porteurs de la culture arabe considèrent désormais le français comme une seconde langue. Face à cette situation, les institutions françaises essaient de perpétuer un système de dépendance idéologique qui conduit à une mainmise politique et économique. Selon lui, la culture française sert la bourgeoisie chrétienne et maronite, elle est par là même un instrument de domination de classe et se fait au détriment de la culture arabe. C’est dans ce sens que l’on peut parler d’un impérialisme culturel et fonctionnel qui permet à la bourgeoisie de se maintenir au pouvoir. L’informateur aborde aussi sa vie professionnelle au sein de L’O.R.T.F. L’organisme représente une mission particulière de coopération de développement de la langue française et l’informateur ne s’y sent pas à l’aise car l’expression y est contrôlée et finalement une francophilie superficielle y est véhiculée. Selon lui, cette politique de francophilie de la bourgeoisie ne fonctionne pas car ceux qui en sont exclus ne la comprennent pas et se sentent méprisés. L’informateur constate aussi une libanisation des institutions françaises. Son point de vue est que les Libanais n’ont pas besoin de la langue et de la culture française, ils ont leur propre monde. Lorsqu’il aborde son avenir personnel et professionnel, le coopérant envisage de quitter l’O.R.T.F et de reprendre une formation en France.
Ancienne cote : F3490
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Qualité sonore de l'enregistrement : moyenne
Auteur : Métral, Françoise
Levallois, Bruno
Traducteur : Phalanges libanaises
Sujet : Office de radiodiffusion-télévision française
Centre de recherches et d’études arabes (Liban)
Université Saint-Joseph (Beyrouth)
Coopérants
Radio
Politique culturelle
Étude et enseignement -- Locuteurs de l'arabe
Partis politiques -- Liban
Culture dominante
Bilinguisme
Racisme

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents :
Les archives du secteur Archives de la recherche - Phonothèque sont constituées de différents fonds issus du regroupement de laboratoires (antérieurs à la création de la MMSH) ou reçus depuis la création de la MMSH. En collaboration avec l’équipe des archivistes, selon les thématiques explorées et la sensibilité des données, les producteur·rice·s ou leur ayants droit, décident, au moment du versement de leurs archives, des modalités de leur accès et de leur réutilisation en conformité avec la résolution des questions éthiques et juridiques.
Lorsqu’il s’agit d’archives produites dans le cadre d’une carrière professionnelle réalisée au sein d’une institution publique, celles-ci relèvent de l'article L. 211-1 du code du patrimoine et sont considérées comme des archives publiques. Toutefois, certaines parties de fonds ou des fonds complets peuvent avoir d’autres statuts. Chaque fonds a fait l’objet d’une recherche juridique et certains peuvent poser des questions éthiques qui sont prises en compte au moment de la mise à disposition.
Nombre des archives décrites sont des matériaux sensibles qui portent sur la culture des sociétés qui ont fait l’objet d’études ou de recherches ethnographiques. Pour des raisons éthiques, nous vous demandons une grande vigilance sur les modifications ou les utilisations qui pourraient heurter les communautés dépositaires et en particulier les vecteurs de la littérature orale, de la musique ou des chants traditionnels, des savoir-faire, des spectacles et autres matériaux créatifs de ces archives.
Merci, si vous en avez l'envie, de nous signaler vos écoutes et ré utilisations.
Enfin, les analyses archivistiques peuvent reprendre des informations personnelles. Conformément à la loi n ° 78-17 "Informatique et Libertés", toute personne dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données la concernant et informées sur ce site. Pour exercer ce droit, vous pouvez adresser un courriel à l'adresse de contact. Si vous souhaitez plus d’information sur cette législation, vous pouvez consulter le site de la CNIL
D’une façon générale, les métadonnées décrivant les fonds peuvent être librement ré-utilisées sous la licence CC-0. La photocopie des documents d’archives n'est pas autorisée et la photographie sans flash l’est en principe, sauf conditions particulières. Lorsque la copie des fichiers numériques est possible, un contrat d’utilisation doit être signé spécifiant les modalités d’usage. Enfin, toute publication ou reproduction est soumise à autorisation et la citation de l’origine du fonds doit être précisée avec l’URL de la notice dans le catalogue Calames.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/