Calames

MMSH-PH- 4380 Une étudiante en sociologie âgée de 22 ans à l'École Supérieure des Lettres (ESL),fait le récit en 1975 de sa vie à Beyrouth

Date : 1975-01
Description physique : 1 bde. Durée : 1 h 06 min.
Description : L’étudiante est née à Saïgon. Son père est directeur de banque à Beyrouth tandis que sa mère est mère au foyer. Elle a vécu sa jeunesse au Vietnamau Cambodge et enfin à Beyrouth, au Liban, où elle est arrivée à l’âge de 12 ans et demi, en 1966. Progressivement, la femme confie un fort attachement pour le Liban, jusqu’au point de se dire elle-même beyrouthine. Dès son arrivée, l'informatrice a bénéficié d’un confort matériel certain. Après son baccalauréat aulycée franco-¬libanais(cursus francophone), elle s’est d’abord inscrite en histoire à l'École supérieure des lettres (ou ESL, privée et francophone), ensuite elle s’est réorientée vers l’American University in Beirut (privée et anglophone) où elle s’est inscrite en journalisme, puis elle a renoncé et s’est finalement réinscrite à l’ESL, en sociologie. Elle n'a pas d'ambition professionnelle particulière à l'issue de son cursus, mais elle profite de son temps libre qu'elle répartit entre une vie amicale intense, les livres d'art, la danse et la peinture. La femme est interrogée sur ses fréquentations depuis son arrivée au Liban. Elle compte au moment de l’enregistrement, environ une dizaine d’amis libanais, étudiants ou enseignants. Avec eux, elle sort, elle joue et elle voyage dans les pays du Moyen-Orient. Elle estime avoir la belle vie à Beyrouth. Interrogée davantage sur ses relations sociales, il en ressort que, de manière générale, la confession comme la nationalité ne sont pas des obstacles à ses relations sociales. L’étudiante explique qu’il peut exister une animosité à l’égard des Français, même si elle n’a jamais eu à en pâtir personnellement. Elle se montre très critique à l’égard des Français, qu’il s’agisse du personnel des ambassades comme des autres catégories, mêmes parfois ceux les plus “adaptés” car ils peuvent parfois être méprisants envers les Libanais. Elle cite l’exemple de ses parents. Elle compare le comportement des Français au Liban avec celui au Cambodge, beaucoup plus marqué. Élevée à l'étranger, elle ne souhaite pas aller en France à l'issue de ses études. Elle n'y a en effet aucun lien affectif. Quant aux différences de comportements entre Orientaux et Occidentaux, sur lesquelles l'interroge le chercheur, la femme insiste plutôt sur le fait qu’elle a vraiment reçu la même éducation culturelle que ses amis libanais. Interrogée sur les relations entre hommes et femmes à Beyrouth, l’étudiante explique être à l'aise dans son cercle amical. Elle reconnaît fréquenter un jeune homme libanais qu'elle désire épouser à l'issue de ses études, malgré la probable réticence de sa famille à une telle union, à cause d'un « état d'esprit colonial ». Vers la fin de l’entretien, l’étudiante qui confie avoir été élevée d’une manière assez stricte, explique être encore dépendante de ses parents pour le logement et l'argent de poche mais aussi de ses amis masculins pour les sorties.
Ancienne cote : F3472
Caractéristiques matérielles et contraintes techniques : Qualité sonore de l'enregistrement : moyenne
Auteur : Métral, Jean
Métral, Françoise
Chantal De Calbiac
Sujet : École Supérieure des Lettres de Beyrouth
Hồ Chí Minh-Ville (Viet-Nam)
Vietnam
Cambodge
Grand Lycée franco-libanais de Beyrouth
American University of Beirut
Étudiants en sociologie
Élite (sciences sociales) -- Éducation
Culture dominante
Relations avec l'étranger
Relations amoureuses interethniques

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents :
Les archives du secteur Archives de la recherche - Phonothèque sont constituées de différents fonds issus du regroupement de laboratoires (antérieurs à la création de la MMSH) ou reçus depuis la création de la MMSH. En collaboration avec l’équipe des archivistes, selon les thématiques explorées et la sensibilité des données, les producteur·rice·s ou leur ayants droit, décident, au moment du versement de leurs archives, des modalités de leur accès et de leur réutilisation en conformité avec la résolution des questions éthiques et juridiques.
Lorsqu’il s’agit d’archives produites dans le cadre d’une carrière professionnelle réalisée au sein d’une institution publique, celles-ci relèvent de l'article L. 211-1 du code du patrimoine et sont considérées comme des archives publiques. Toutefois, certaines parties de fonds ou des fonds complets peuvent avoir d’autres statuts. Chaque fonds a fait l’objet d’une recherche juridique et certains peuvent poser des questions éthiques qui sont prises en compte au moment de la mise à disposition.
Nombre des archives décrites sont des matériaux sensibles qui portent sur la culture des sociétés qui ont fait l’objet d’études ou de recherches ethnographiques. Pour des raisons éthiques, nous vous demandons une grande vigilance sur les modifications ou les utilisations qui pourraient heurter les communautés dépositaires et en particulier les vecteurs de la littérature orale, de la musique ou des chants traditionnels, des savoir-faire, des spectacles et autres matériaux créatifs de ces archives.
Merci, si vous en avez l'envie, de nous signaler vos écoutes et ré utilisations.
Enfin, les analyses archivistiques peuvent reprendre des informations personnelles. Conformément à la loi n ° 78-17 "Informatique et Libertés", toute personne dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données la concernant et informées sur ce site. Pour exercer ce droit, vous pouvez adresser un courriel à l'adresse de contact. Si vous souhaitez plus d’information sur cette législation, vous pouvez consulter le site de la CNIL
D’une façon générale, les métadonnées décrivant les fonds peuvent être librement ré-utilisées sous la licence CC-0. La photocopie des documents d’archives n'est pas autorisée et la photographie sans flash l’est en principe, sauf conditions particulières. Lorsque la copie des fichiers numériques est possible, un contrat d’utilisation doit être signé spécifiant les modalités d’usage. Enfin, toute publication ou reproduction est soumise à autorisation et la citation de l’origine du fonds doit être précisée avec l’URL de la notice dans le catalogue Calames.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/