Calames

Les identités régionales

Date : 1983-2001
Langue : occitan (après 1500)
Description : Le travail d’Annie-Hélène Dufour sur les identités régionales s’est déployé tout au long de sa carrière à travers différents contextes. En 1984-1985, en collaboration avec Claude Martel et Thomas Schippers, elle a mené un travail sur l'emploi des langues régionales et sur les causes de la perte progressive de cet usage linguistique. En 1986-1987, Thomas Schippers et Annie-Hélène Dufour ont répondu à un appel d'offres de la mission du Patrimoine Ethnologique (Ministère de la Culture). Il s'agissait de construire une méthodologie de l'enquête qui a permis de définir le sentiment d'appartenance à différentes unités micro-locales et de délimiter des espaces identitaires dans l'univers mental des informateurs à l'instar des « pays ». Enfin, dans les années 1990, un projet sur la définition de frontières subjectives entre le monde méditerranéen et le monde alpin l’a conduite à explorer la construction et l’évolution des espaces identitaires notamment chez les bergers au cours des transhumances. Le terrain de cette étude était composé de trois vallées autour de la frontière étatique entre la France et l’Italie : la vallée de la Haute Tinée dans les Alpes Maritimes, la vallée de la Stura et la vallée Maira dans le Piémont italien. Cette thématique rejoint ici les préoccupations d’Annie-Hélène Dufour sur les représentations et les pratiques des espaces par les groupes qui les occupent.
Bibliographie :
Dufour, A.-H. et Schippers, T. Nous, ici et les autres, formes d’identité locale et micro régionale en Provence varoise, avec la coll. de Claude Martel, Paris, mission du Patrimoine ethnologique, ministère de la Culture, 195 p.
Dufour, A.-H., « Récits. La chasse et la cueillette aujourd'hui », In: Études rurales, n°87-88, 1982, pp. 401-402. [en ligne]
Sujet : Régionalismes (linguistique)
Méditerranée (région)
Transhumance
Géographie linguistique
Langues en contact
Modes de vie
Tradition orale

Rappels sur les conditions d'accès et d'utilisation des documents :
Les archives du secteur Archives de la recherche - Phonothèque sont constituées de différents fonds issus du regroupement de laboratoires (antérieurs à la création de la MMSH) ou reçus depuis la création de la MMSH. En collaboration avec l’équipe des archivistes, selon les thématiques explorées et la sensibilité des données, les producteur·rice·s ou leur ayants droit, décident, au moment du versement de leurs archives, des modalités de leur accès et de leur réutilisation en conformité avec la résolution des questions éthiques et juridiques.
Lorsqu’il s’agit d’archives produites dans le cadre d’une carrière professionnelle réalisée au sein d’une institution publique, celles-ci relèvent de l'article L. 211-1 du code du patrimoine et sont considérées comme des archives publiques. Toutefois, certaines parties de fonds ou des fonds complets peuvent avoir d’autres statuts. Chaque fonds a fait l’objet d’une recherche juridique et certains peuvent poser des questions éthiques qui sont prises en compte au moment de la mise à disposition.
Nombre des archives décrites sont des matériaux sensibles qui portent sur la culture des sociétés qui ont fait l’objet d’études ou de recherches ethnographiques. Pour des raisons éthiques, nous vous demandons une grande vigilance sur les modifications ou les utilisations qui pourraient heurter les communautés dépositaires et en particulier les vecteurs de la littérature orale, de la musique ou des chants traditionnels, des savoir-faire, des spectacles et autres matériaux créatifs de ces archives.
Merci, si vous en avez l'envie, de nous signaler vos écoutes et ré utilisations.
Enfin, les analyses archivistiques peuvent reprendre des informations personnelles. Conformément à la loi n ° 78-17 "Informatique et Libertés", toute personne dispose d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données la concernant et informées sur ce site. Pour exercer ce droit, vous pouvez adresser un courriel à l'adresse de contact. Si vous souhaitez plus d’information sur cette législation, vous pouvez consulter le site de la CNIL
D’une façon générale, les métadonnées décrivant les fonds peuvent être librement ré-utilisées sous la licence CC-0. La photocopie des documents d’archives n'est pas autorisée et la photographie sans flash l’est en principe, sauf conditions particulières. Lorsque la copie des fichiers numériques est possible, un contrat d’utilisation doit être signé spécifiant les modalités d’usage. Enfin, toute publication ou reproduction est soumise à autorisation et la citation de l’origine du fonds doit être précisée avec l’URL de la notice dans le catalogue Calames.

Si vous voyez cette page, c'est probablement que vous utilisez un navigateur Web (ou une version) qui ne supporte par certaines normes Web.
Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur ou de choisir un navigateur comme Firefox.
Si le problème persiste, merci de nous informer en indiquant le nom et la version de votre navigateur à : https://stp.abes.fr/node/3?origine=calames/